Tarifs de l'Arc de Triomphe

J'ai un rituel à Paris. Je demande à mon chauffeur de taxi de me faire faire le tour de l'Arc de Triomphe à deux reprises. Mon chauffeur de taxi plonge dans le grand rond-point où une douzaine de boulevards convergent vers cet arche de triomphe le plus puissant. Comme les arbitres du camp de gladiateurs, des agents de la circulation sont postés à chaque entrée de ce cirque de la circulation, laissant passer des rafales de voitures enthousiastes. À chaque fois, être plongé dans la folle circulation avec mon chauffeur de taxi me permet de rire aux éclats.

Au milieu du XIXe siècle, le baron Haussmann entreprit de faire de Paris la plus grande ville d'Europe. Les 12 artères qui émanent de l’Arc de Triomphe faisaient partie de son plan directeur: la création d’une série de boulevards majeurs se coupant en diagonale avec des monuments comme pièces maîtresses (comme l’Arc de Triomphe). En faisant le tour du cercle, il est évident que le projet de Haussmann n’anticipait pas l’automobile.

Mon chauffeur de taxi m'explique: «S'il y a un accident ici, chaque conducteur est considéré également responsable. C'est le seul endroit à Paris où les accidents ne sont pas jugés. Quelles que soient les circonstances, les compagnies d’assurance se partagent les coûts à parts égales. À Paris, un bon conducteur n'a que des égratignures, pas des bosses. ”

Le tumulte des voitures se bat pour se rendre à l'arche du centre, comme pour rendre hommage à l'esprit national de la France. Les voitures entrant dans le cercle ont la priorité; ceux dans le cercle doivent céder. Les automobilistes parisiens parcourent le cercle comme une comète faisant le tour du soleil - faisant une parabole. C’est un jeu de poulet fender-bender. Les petites Citroën 2CV de Tippy, dont les toits s'ouvrent comme des couvercles de sardines, arrêtent brusquement les bus lourds.

Bien que nous soyons momentanément bloqués sur la voie intérieure, je paie et saute. Le chauffeur de taxi s'éloigne, me laissant petit sous l'ultime arche de l'Europe et au sommet des Champs-Élysées, son ultime boulevard.

Chaque visite ici me rappelle la grandeur de la France. Voir Arc de Triomphe tarif des billets pour la visite du monument. Alors que le marbre Lady Liberties grimpait dans l’arcade ordonnée par Napoléon, poussant héroïquement leurs épées et hurlant contre la circulation, tout Paris semblait attiré par ce tourbillon.

L'Arc de Triomphe offre une vue magnifique sur Paris, mais uniquement pour ceux qui le méritent en grimpant ses 284 marches. Commencée en 1806, cette arche avait pour but d’honorer les soldats de Napoléon qui, bien que largement dépassé en nombre par les Autrichiens, remportèrent une victoire remarquable à la bataille d’Austerlitz. Napoléon est mort bien avant l'achèvement de l'arc. Mais il fut terminé à temps pour son retour à la maison à titre posthume en 1840. Dix-neuf ans après sa mort en exil à Sainte-Hélène, ses restes furent portés lors d'un grand défilé sous sa grande arche.

L'Arc de Triomphe est dédié à la gloire de toutes les armées françaises. Comme ses ancêtres romains, cette arche a servi de porte d'entrée à la parade pour les armées triomphales (françaises ou ennemies) et au théâtre de cérémonies importantes. De 1940 à 1944, une croix gammée volante volait d'ici tandis que les nazis dévalaient tous les jours les oies sur les Champs-Élysées. Les troupes alliées ont marché triomphalement sous cette arche en août 1944.

Arc de Triomphe de Paris
Arc de Triomphe

Sous la voûte, vous êtes entouré des noms des victoires françaises depuis la Révolution, des noms des grands généraux français (soulignés s’ils meurent au combat) et de la tombe du soldat inconnu de France. Sa flamme - clignotant silencieusement dans l'œil de cette tempête urbaine - semble inviter à savourer ce monument grandiose au nationalisme français. Lors de ma dernière visite, un vétérinaire français de la Seconde Guerre mondiale, toujours vêtu de ses rubans, a expliqué que tous les jours à 18h30. juste après la Première Guerre mondiale, la flamme est rallumée et de nouvelles fleurs sont mises en place.

Grimper au sommet de l’arc est comme un sommet parisien. Depuis ce perchoir historique, vous regardez le long du grand axe en forme de flèche qui part du Louvre, monte les Champs-Élysées, traverse l'arche, puis longe l'avenue de la Grande-Armée vers une forêt de gratte-ciel lointains autour d'un arc moderne encore plus grand dans la banlieue de La Défense.

Les gratte-ciel de la banlieue contrastent fortement avec les immeubles du centre-ville uniformément bas. La beauté de Paris - essentiellement un bassin plat traversé par une rivière - est artificielle. La clé de cette beauté est la relation harmonieuse entre la largeur de ses grands boulevards et la hauteur et la conception des bâtiments. Cette élégante ligne d’horizon n’est brisée que par des dômes historiques vénérables, la tour Eiffel et la tour impolie et solitaire de Montparnasse, qui rappelle le coffre de la tour Eiffel. L’apparition de cette tour noire et pavée a servi de réveil début des années 1970 afin de préserver l'horizon historique du centre-ville de Paris.

En regardant depuis la voûte, vous avez une vue plongeante sur le trafic fou que vous avez survécu pour arriver ici. Les conducteurs sillonnent le cercle sans se blesser, ne se gratifient que les égratignures, pour atteindre la sortie souhaitée et s’envolent vers tout ce qui les attend à Paris.